Évolution du rôle du pharmacien

Le pharmacien n’a pas toujours été reconnu comme l’un des maillons essentiels du système de la santé. Aujourd’hui les choses ont bien changé. En effet, en tant que professionnel de la santé, son autorité n’est plus à démontrer. Peut-il encore élargir son influence dans la société? Cet article fait état de l’évolution du rôle du pharmacien dans les dernières années.

Les causes du changement

Au cours de la dernière décennie, le vieillissement de la population, les avancées technologiques, les modifications de la législation et des modèles de financement ont amené la profession à évoluer graduellement.

Ces changements se sont sans contredit précipités avec l’arrivée de la COVID-19. Non seulement le rôle du pharmacien s’est transformé, mais la reconnaissance de celui-ci s’est vue accrue, tant auprès de la population que dans le système de santé.

Les soins à la population et l’engorgement du système de santé

Avec le vieillissement de la population, le système de santé a peine à suffire. Le pharmacien est le professionnel de la santé le plus accessible et il se voit attribuer une plus grande importance dans la chaîne de soins. En effet, selon un sondage CROP dévoilé sur le site de l’AQPP, 93 % des Québécois croient que les pharmaciens jouent un rôle indispensable pour désengorger le système de santé.

Par ailleurs, les gens habitant des régions éloignées des grands centres peuvent bénéficier des conseils de leurs pharmaciens avant de se déplacer.

Cela reste vrai pour l’ensemble de la population. D’après un sondage mené par PureProfile, 86 % des gens jugent que les rendez-vous médicaux ne devraient être pris que lorsqu’ils s’avèrent essentiels. Le rôle du pharmacien devient alors primordial. S’il ne peut poser de diagnostic, il peut tout de même diriger les patients vers les soins dont ils ont besoin.

Les avancées technologiques au service des pharmaciens

Avec l’arrivée des centrales de remplissage, le pharmacien voit diminuer le temps nécessaire attribué à la préparation, à la distribution et à la gestion des médicaments. Il peut ainsi recentrer davantage son attention sur le patient.

Les modes de communication des pharmaciens ont également évolué. Les consultations par téléphone augmentent, puis les demandes de préparation de médicament en ligne se multiplient. Des applications ont même vu le jour pour trouver le pharmacien le plus près et communiquer avec lui par messagerie. Cela entraîne des répercussions sur la relation entre les patients et le pharmacien. Ce dernier est devenu plus facilement joignable et il peut donc assurer un service essentiel, même à distance.

Par ailleurs, l’accès à des dossiers centralisés permet une communication plus efficace entre les médecins et les pharmaciens, ce qui rend la prestation de soins plus sécuritaire. Quant à la télémédecine, comprenant des consultations téléphoniques ou par vidéoconférence, elle connaît un essor sans précédent avec la COVID-19 et les pharmaciens doivent s’équiper en conséquence et se familiariser avec les différentes technologies employées.

Législation et modèle de financement

Au Québec, l’adoption en janvier 2021 du projet de loi 31 a également des répercussions sur le rôle du pharmacien. Voici quelques-unes des activités qui sont maintenant permises dans la profession[1] :

  • Offrir une thérapie médicamenteuse pour les conditions mineures ayant déjà fait l’objet de prescription (aphtes buccaux, candidose, conjonctivite allergique, hémorroïdes, vaginite, etc.)
  • Modifier une thérapie médicamenteuse
  • Faire la substitution d’un médicament
  • Prescrire un traitement pour le zona et l’influenza sous certaines conditions et recommander le suivi par un médecin dans les 48 à 72 heures
  • Prolonger une ordonnance

En Alberta, le modèle de financement a permis de réduire la quantité des prescriptions à 30 jours au lieu des 90 jours. Cette limitation est  utile pour assurer un suivi plus étroit de l’état de santé des patients, tout en gérant de manière plus efficace les provisions de médicaments.

La pandémie

L’évolution du rôle du pharmacien est aussi marqué par la COVID-19. 31 % des gens vont consulter un pharmacien avant de se tourner vers d’autres professionnels de la santé. Autant de personnes affirment qu’elles continueront de le faire après la pandémie.

Durant la pandémie, les pharmaciens ont continué d’offrir leurs services à la population. Le reste du système de santé était mis à mal par les circonstances. Leur rôle essentiel dans la prévention, l’éducation, le dépistage et la vaccination a été reconnu. Selon un sondage mené par le National Pharmacy Association, 89 % des répondants jugent que les pharmaciens ont occupé un rôle central dans la gestion de la pandémie.

L’impact des pharmaciens

L’évolution du rôle du pharmacien est aussi impactée par ses nouvelles fonctions:

  • Donner des conseils sur différents problèmes de santé
  • Gérer la pharmacothérapie
  • Éduquer
  • Surveiller l’évolution de maladies chroniques
  • Vérifier les risques d’interactions
  • Prendre en considération les effets secondaires des patients.

La confiance croissante accordée au pharmacien implique plus de responsabilités. Le but de ce professionnel est de s’assurer du bien-être de la population. Or, peut-il aller plus loin? Quelles pourraient être les actions qui élargiraient sa portée?

 

[1] Pour en savoir plus, consultez l’Ordre de pharmaciens du Québec.

Tags
Partager

Recevez des échantillons gratuits


    EcoloVialEcoPillEcoloJarEcoloProEcoloMed

    Recevez votre trousse de démarrage!


      EcoloVialEcoPillEcoloJarEcoloProEcoloMed

      Trouvez votre pharmacien distributeur le plus proche !


        Receive your starter kit!


          EcoloVialEcoPillEcoloJarEcoloProEcoloMed

          Find your nearest pharmacist distributor!


            Receive free samples


              EcoloVialEcoPillEcoloJarEcoloProEcoloMed

              Demande d'échantillon